conseils/astuces, Nutrithérapie

LES ALIMENTS FERMENTES CONTRIBUENT-ILS A VOTRE SANTE?

Les aliments fermentés contiennent des probiotiques d’origine naturelle. Les probiotiques sont des microorganismes vivants essentiels à une digestion saine.   Manger régulièrement des aliments fermentés contribue à un microbiome sain, qui peut aider à l’immunité et la santé intestinale globale.

Un microbiome en santé

Le terme « microbiome » désigne les microbes (bactéries, virus, protozoaires et champignons) qui vivent dans et sur le corps humain. Le microbiome joue un rôle majeur dans la digestion, l’immunité et la coagulation sanguine. L’ajout de probiotiques sains trouvés dans certains aliments fermentés au microbiome peut améliorer la santé intestinale et peut aider de nombreuses personnes ayant des problèmes digestifs.

La consommation accrue d’aliments fermentés peut aider à réduire les symptômes digestifs causés par la colite ulcéreuse, le syndrome du côlon irritable et la maladie de Crohn. Les boissons et les aliments fermentés sont de bonnes sources de probiotiques ou essayez de fermenter vos propres légumes pour stimuler votre microbiome. Rappelez-vous que le but est d’équilibrer le microbiome et de manger trop d’aliments fermentés peut jeter que juste comme ne pas manger assez peut. Les aliments fermentés doivent être une partie régulière de votre alimentation, mais pas la partie principale. Ceux qui sont sensibles au fructose et aux autres glucides à chaîne courte devraient éviter les aliments fermentés.

Composition et développement de la microflore
La colonisation de l’appareil gastro-intestinal des nouveau-nés commence immédiatement après la naissance et se produit dans les quelques jours suivant la naissance. Le mode d’accouchement (voie naturelle ou césarienne), la nature du régime alimentaire (sein ou lait maternisé) pourraient affecter le modèle de colonisation.


D’autres facteurs environnementaux ont également un rôle important puisque des différences notables existent entre des enfants en bas âge nés dans les pays développés et ceux nés dans les pays en voie de développement. Les bactéries pionnières peuvent moduler l’expression des gènes des cellules épithéliales de l’hôte, créant de ce fait un habitat favorable pour elles-mêmes et peuvent empêcher la croissance d’autres bactéries introduites plus tard dans
l’écosystème.
La colonisation initiale est donc très déterminante dans la composition finale de la microflore permanente des adultes. L’estomac contient seulement quelques espèces de bactéries adhérant à l’épithélium et des germes en transit. La pénurie de bactéries dans la région supérieure s’explique par l’acidité du milieu, qui tue la plupart des 11 microorganismes ingérés et par l’activité motrice intestinale, limitant la colonisation stable de l’épithélium gastrique.

En revanche, l’intestin grêle et le gros intestin contiennent un écosystème microbien complexe et dynamique avec de fortes concentrations de bactéries vivantes : jusqu’à 1011 ou 1012 CFU /g.

Principales fonctions de la microflore intestinale
La microflore intestinale joue un rôle multiple et complexe, aussi bien sur le plan nutritionnel que sur le développement des défenses immunitaires de la muqueuse intestinale.


Métabolisme des glucides

Les glucides sont métabolisés d’une part par des enzymes digestives et d’autre part par des microorganismes. La fermentation des hydrates de carbone dans l’intestin est une source importante d’énergie. Les hydrates de carbone, non digestibles par des enzymes intestinales, incluent de grands polysaccharides (cellulose, hémicellulose, lignine, pectine et gommes), quelques 13 oligosaccharides (fructooligosaccharides, inuline, galactosaccharides et lactulose), des sucres inabsorbables et des alcools. Le produit final du métabolisme est la génération d’acides gras à courte chaîne
et d’oses. Les hydrates de carbone non digestibles par des enzymes digestives, en particulier les oligosaccharides, sont appelés prébiotiques. Ils servent de nutriments à des bactéries saprophytes bénéfiques, en particulier des bifidobactéries et des lactobacilles et favorisent ainsi leur développement et leur régénération.


Métabolisme des lipides
La flore intestinale exerce une action indirecte en modifiant le métabolisme du cholestérol et des sels biliaires. Les lipides servent de substrat aux lactobacilles et aux bifidobactéries, d’où la production d’acides gras à chaînes courtes, et notamment de propionate. Le propionate agirait alors de la même façon que les résines chélatrices de sels biliaires, en fixant les acides biliaires sous forme d’un complexe insoluble. Le cycle entéro-hépatique des acides biliaires est alors inhibé et leur élimination fécale augmentée.De plus, le cholestérol absorbé est alors utilisé pour la synthèse de nouveaux acides biliaires et le taux sanguin de cholestérol diminue.


Métabolisme des protéines
Le métabolisme anaérobie des peptides et des protéines par la microflore microbienne produit des acides gras à courte chaîne, mais aussi en même temps une série de substances potentiellement toxiques incluant l’ammoniac,des amines, des phénols, des thiols et des indols. Les protéines disponibles incluent l’élastine et le collagène d’origine alimentaire, les 14 enzymes pancréatiques, les cellules épithéliales dégénérées et les bactéries lysées.

Recette : Légumes fermentés

Utilisez vos légumes fermentés pour garnir les grains cuits, les haricots ou les légumes-feuilles. Ils vont aussi bien avec le poisson grillé ou le poulet, ou sur leur propre comme une collation.

Recette offerte par L’HENAE

Ingrédients

1 cuillère à soupe de sel de mer (ajouter jusqu’à 50g pour cent de plus au goût)

2 tasses d’eau filtrée

1 2 chou-fleur moyen, haché en petits bouquets

2 carottes moyennes, hachées

1 2 oignon blanc moyen, haché

1 2 gousse d’ail, émincée

4 feuilles moyennes de chou frisé, coupées en fines lanières

5 grains de poivre noir

1 pincée de cari en poudre

1 grosse feuille de chou

Instructions

Dissoudre le sel de mer dans l’eau.

Placer les légumes et les épices dans un pot de pintes de verre. Laisser 1 pouce du haut du bocal, puis couvrir d’eau salée, en laissant environ 1 pouce à ½ pouce du haut.

Plier une petite feuille de chou et la presser dans la saumure, de sorte que l’eau flotte au-dessus et les légumes sont submergés.

Couvrir avec un couvercle en plastique et stocker hors de la lumière directe du soleil. Après trois jours, vous devriez voir un peu de bulles (le processus de fermentation naturelle).

Après un total de cinq jours de fermentation, goûter les légumes. Si le goût est à votre goût, procéder. Si vous préférez un goût plus aigre, laissez les légumes fermenter pendant encore deux à trois jours.

 Une fois prêt, retirez la feuille de chou et placez le pot dans votre réfrigérateur où les légumes se conserveront pendant un mois ou deux.

Précautions de sécurité : pour prévenir la contamination, toujours utiliser de l’équipement et des récipients stérilisés lors de la fermentation à la maison et utiliser un outil propre pour transférer les légumes fermentés hors du contenant.

Poursuivre une carrière en naturopathie africaine vous permet d’explorer une approche holistique de la santé, en commençant par la nutrition.

Pour en savoir davantage rendez-vous sur ce lien:

www.henae.org

Vous pourriez également aimer...